Pink Martini

Dimanche 4 avril, les 12 musiciens de Pink Martini viendront enflammer la scène du Palais pour la troisième et dernière soirée du Festival Jazz à Megève. Dans un mélange entre rétro et moderne, ils feront vibrer le public avec leurs mélodies entraînantes et leur répertoire multilingue.

Un invité « surprise » viendra parfaire cette incroyable soirée dans une ambiance pleine d’émotions.

Fort du succès de leur premier album « Sympathique » et après avoir obtenu un disque d’or en France pour ce dernier, ils n’ont eu de cesse de donner des concerts aux quatre coins du monde. En 2014, le groupe sera même intronisé aux célèbres Hollywood Bowl Hall of Fame et Oregon Music Hall of Fame.

Une musique engagée

Thomas Lauderdale, alors politicien enthousiaste en formation, est consterné de constater que la musique lors des événements politiques est toujours terne et décevante. En 1994, il décide de créer le « petit orchestre » Pink Martini, proposant des textes engagés sur des sujets sensibles tels que les droits civiques, l’éducation ou encore les logements abordables, sur des bandes sonores musicales plus belles, s’inspirant de notes du monde entier, croisant les genres du classique, du jazz et de la pop à l’ancienne.

Un an plus tard, il fait appel à une ancienne camarade de classe de Harvard, China Forbes, et lui demande de rejoindre Pink Martini. Tous deux continuent leur quête dans le but de transmettre des messages sur fond de musique séduisante. Leur première chanson « Sympathique » (Je ne veux pas travailler) tiré de l’album éponyme fait rapidement sensation et est nominée comme « Chanson de l’année » aux Victoires de la Musique.

Un joyeux melting-pot

Pink Martini, c’est un orchestre de pas moins de 12 musiciens, de nationalités variées, proposant des chansons originales mais aussi des reprises dans 25 langues différentes. Une musique venant du monde entier, mêlant les genres entre rétro, classique et jazz.

Thomas Lauderdale déclare: « Nous sommes vraiment un groupe américain, mais nous passons beaucoup de temps à l’étranger et avons donc l’incroyable opportunité diplomatique de représenter une Amérique plus large et plus inclusive… l’Amérique qui reste le pays le plus peuplé du monde… composé de personnes de tous les pays, de toutes les langues, de toutes les religions. À l’exception des Amérindiens, nous sommes tous des immigrants de tous les pays, de toutes les langues, de toutes les religions. »

Un discours qui trouvera sûrement écho auprès des spectateurs du Festival Jazz à Megève, toujours enclins à se réunir autour de musiques inspirantes, aux genres divers et variés, à résonance « jazz » incontestablement !